La neige, la sueur, la testostérone et le bruit des tronçonneuses. Tous les quatre ans, pendant trois mois en hiver, du bois est coupé dans une montagne escarpée au-dessus du lac Ägeri et préparé pour le rafting.

En Suisse, ni l’évolution économique ni la technologie n’ont pu remplacer cet artisanat traditionnel et durable.

court-métrage documentaire

de Thomas Horat et Corina Schwingruber Ilić, ( mythenfilm.ch)

contacts : Corina (corthafilm@gmail.com) ou Thomas (thomas@mythenfilm.ch)

Le documentaire d’observation possède le pouvoir unique de transporter un spectateur dans un monde étranger. Dans la première de Staff Pick de cette semaine, les cinéastes Corina Schwingruber Ilić et Thomas Horat nous emmènent dans les bois froids et escarpés au-dessus du lac Ägeri en Suisse et nous mettent au travail aux côtés de bûcherons pratiquant leur métier traditionnel.

Nous regardons l’équipe d’hommes manœuvrer les rives enneigées à l’aide de lourdes tronçonneuses, de crochets et de crics pour abattre d’énormes arbres et les envoyer voler vers le lac en contrebas comme des trains de marchandises en fuite. Ces bûcherons comparent leur métier à celui d’un agriculteur qui récolte des fruits ou des légumes ;

ils retournent au lac Ägeri tous les quatre ans pour sélectionner les arbres qui ont atteint l’âge approprié pour être abattus, tout en créant un nouvel espace dans la forêt pour que la lumière du soleil puisse passer et que les jeunes arbres puissent pousser.

Parmi le silence mort de la forêt et le sifflement des tronçonneuses, vous vous rendez compte de la quantité d’habileté et de pratique que nécessite cet artisanat suisse.

Les enjeux sont élevés et il est trop dangereux de s’en approcher avec la moindre imprudence : les arbres sont grands, lourds et lorsqu’ils tombent sur la rive escarpée du lac, ils se déplacent très vite.

Les bûcherons tiennent donc compte de l’angle de leurs coupes, du chemin que les arbres vont inévitablement emprunter pour tomber et glisser, et du moment où tout cela va se produire.

Pour Horat et Ilić, ils décrivent le processus de documentation comme passionnant et intéressant “pour sentir le danger [dont les bûcherons] n’ont jamais parlé”.

Mais au milieu du danger et de l’intensité, il reste une beauté dans le métier et la camaraderie entre les hommes, car ils sont capables de travailler dans un isolement complet du reste du monde.

Les choses que l’équipage voit et entend lors d’une journée de travail normale ne sont, jusqu’à présent, partagées qu’au sein de leur petite équipe.

Pour Horat et Ilić, une force majeure dans la création du film a été cette opportunité de documenter un métier qui “est presque éteint dans tous les pays d’Europe”.

Nous, les spectateurs, sommes en mesure de puiser dans une culture unique et de la comprendre. Alors que “Dans les bois” s’achève et que la caméra quitte la forêt pour la première fois afin de révéler un plan aérien de tous les arbres tombés disposés symétriquement sur le lac, il montre l’ampleur du travail accompli – offrant un peu de la satisfaction d’un travail bien fait que les bûcherons doivent ressentir. Cela fait du bien.

Inscrivez vous à notre NewsLetter

Inscrivez vous à notre NewsLetter

 

Inscrivez vous à notre liste de diffusion

pour recevoir les dernières nouvelles

Vous avez bien été inscrit ! Bravo et Merci !