Shimu, 23 ans, travaille dans une usine textile à Dacca, au Bangladesh.

Face à des conditions de travail de plus en plus dures, elle décide avec ses collègues de monter un syndicat, malgré les menaces de la direction et le désaccord de son mari. Ensemble, elles iront jusqu’au bout.

 

Revue de presse

Positif : ” Inspiré d’une histoire vécue, le réalisme du propos est contrebalancé par un dynamisme non dénué d’humour.”

Télérama : ” Portrait d’une magnifique entêtée, mais aussi chronique romanesque d’un collectif féminin, ce film social use de la couleur comme d’une arme de combat : les images de ces alliées en saris chatoyants célèbrent l’éclatante noblesse de la sororité.”

aVoir-aLire.com  : “De la veine d’un film des frères Dardenne, la réalisatrice dénonce avec force et dignité l’exploitation qui est commise contre des ouvrières au Bangladesh et du coup, une mondialisation sans état d’âme, à la quête de toujours plus de profits. Saisissant et nécessaire.”

 

 

COMPLEMENT SUR LA-BAS SI J’Y SUIS

Comment meurent les bateaux et qui coud ma chemise ? (Reportage radio)

Perdre sa vie pour 17 euros par mois. En 2006, Daniel Mermet et Giv Anquetil étaient au Bangladesh pour raconter ce pays, arrière-cour des vêtements que l’on se met sur le dos, chantier à ciel ouvert qui démantèle nos bateaux.
En l’espace de quelques minutes, l’embrasement d’une chaudière enflammait dans son entier l’usine textile KTS, dans la province du Chittagong. Un millier d’employées travaillaient lors de l’incendie. Quatre-vingt ont été hospitalisées et près de cent ont portées disparues.

- A ÉCOUTER SUR LA-BAS.ORG (accès libre)

 

Fiction Réalisé par Rubaiyat Hossain

Bangladesh + France, 2019

Proposé par Pyramide Films, Universciné

VOST • Accès : France • Durée : 01H35

Inscrivez vous à notre NewsLetter

Inscrivez vous à notre NewsLetter

 

Inscrivez vous à notre liste de diffusion

pour recevoir les dernières nouvelles

Vous avez bien été inscrit ! Bravo et Merci !