Au cœur de Londres, dans le quartier en chantier de King’s Cross, un bassin accueille les Londoniens dans une eau assainie par des plantes.

 

Une piscine naturelle, traité et dépolluée par des plantes, ouverte au public :

c’est la réalisation éphémère qui agrémente l’été londonien, au cœur de la plus importante opération de restructuration urbaine en cours dans la capitale britannique.

Sur cette ancienne friche ferroviaire et industrielle, au nord des gares de Saint Pancras et King’s Cross, c’est en effet un nouveau quartier de 27 ha qui est en train de voir le jour, développé par le promoteur Argent Group :

A  terme, en 2020, ce sont 2 000 logements, 316 000 m² de bureaux, 46 000 m² de commerces et de loisirs qui remplaceront les entrepôts et les usines désaffectés.

Aujourd’hui, la moitié des programmes sont réalisés mais le site a encore largement une allure de chantier, ce qui ne décourage nullement les Londoniens de se baigner au voisinage des grues et des sacs de sable.

 

Pour remplacer les piscines publiques bleu azur qui sentent le chlore, la nouvelle tendance est à la baignade naturelle en milieu urbain.

En mai en plein coeur de Londres ouvrira l’étang de King’s Cross, un bassin d’eau oval aux contours irréguliers qui permet de se baigner au milieu des roseaux et des fleurs sauvages, avec vue sur les immeubles en construction des alentours.

Dans l’eau non chauffée, des plantes immergées ont été sélectionnées pour leur capacité à filtrer les impuretés, ce qui permet de se passer de tout produit chimique, rapporte Quartz.

L’étang de King’s Cross –un projet poétiquement baptisé «Of Soil and Water», de terre et d’eau– mesure environ 40 mètres sur 10, et chaque jour un nombre limité de baigneurs sera autorisé à y nager, en fonction de la capacité de nettoyage des plantes.

La végétation autour de l’étang changera avec les saisons.

L’architecte Eva Pfannes résume la mission très idéaliste du projet:

«Les visiteurs entrent dans un laboratoire vivant et prennent conscience de leur rapport à la nature, ce qui les encourage à prendre leurs responsabilités vis-à-vis de la nature.»

Le concept est une collaboration entre le studio d’architecture Ooze et l’artiste architecte slovène Marjetica Potrc:

l’étang est pensé comme une installation artistique qui invite à réfléchir sur les interactions entre nature et ville.

«Nous devons repenser notre relation à la ville et à la nature. Avec cette installation, nous collaborons avec la nature, et cela enourage le visiteur à participer à cette interaction» explique Marjetica Potrc…

Inscrivez vous à notre NewsLetter

Inscrivez vous à notre NewsLetter

 

Inscrivez vous à notre liste de diffusion

pour recevoir les dernières nouvelles

Vous avez bien été inscrit ! Bravo et Merci !